DoMiNoO

Le site pas pareil

Les vikings, un peuple méconnu

Les vikings, un peuple méconnu

Ils sont souvent dépeints simplement comme des guerriers unidimensionnels dont les réalisations se limitent au pillage et aux raids. Mais, comme l’explique Philip Parker, ce n’était pas toute l’étendue du monde viking….

En 793, la terreur descend sur la côte de Northumbria (plus d’infos) alors que des raiders armés attaquent le monastère sans défense de St Cuthbert sur Lindisfarne. Les moines terrifiés regardaient impuissants les envahisseurs s’enfuir avec une cargaison de trésors et une poignée de captifs. Il s’agit du premier raid enregistré par les Vikings, des pirates marins scandinaves qui s’attaquèrent aux communautés côtières du nord-ouest de l’Europe pendant plus de deux siècles et se firent une réputation de guerriers féroces et impitoyables. Pour en savoir plus sur cette sombre période, voir ici.

Cette image a été magnifiée par ceux qui ont écrit sur les attaques vikings – en d’autres termes, leurs victimes. L’ecclésiastique anglo-saxon Alcuin d’York écrivit de façon dramatique sur le raid de Lindisfarne que « l’église était éclaboussée du sang des prêtres de Dieu, dépouillée de tous ses ornements… donnés en proie aux peuples païens » et les auteurs et chroniqueurs (principalement chrétiens) ultérieurs ne perdirent guère d’opportunités pour diaboliser les Vikings (principalement païens).

Pourtant, bien qu’ils aient indéniablement mené des attaques très destructrices et violentes, allant de raids à petite échelle contre des églises à de grandes campagnes impliquant des milliers de guerriers, les Vikings faisaient partie d’une culture scandinave complexe et souvent sophistiquée. En plus d’être des voleurs, ils étaient des commerçants, atteignant jusqu’aux fleuves de Russie et de la mer Caspienne à l’est ; des explorateurs, envoyant des navires de l’autre côté de l’Atlantique pour débarquer sur la côte nord-américaine cinq siècles avant Christophe Colomb ; des poètes, composant vers et sagas en prose de grande puissance et des artistes, créant des œuvres d’une beauté étonnante.

Origine viking

Les Vikings sont originaires de ce qui est aujourd’hui le Danemark, la Norvège et la Suède (bien que des siècles avant qu’ils ne deviennent des pays unifiés). Leur pays d’origine était essentiellement rural, avec presque aucune ville. La grande majorité d’entre eux gagnaient un maigre salaire par l’agriculture, ou le long de la côte, par la pêche. Les progrès de la technologie maritime aux VIIe et VIIIe siècles ont fait en sorte que les bateaux étaient propulsés par des voiles plutôt que seulement par des avirons. Ils ont ensuite été ajoutés à des bateaux faits de planches se chevauchant pour créer des chalutiers, des bateaux rapides à faible tirant d’eau qui pouvaient naviguer dans les eaux côtières et intérieures et débarquer sur les plages. (Source : https://laforgeduviking.fr/)

On ne sait pas exactement ce qui a obligé les premières bandes d’hommes à suivre leur chef local à travers la mer du Nord à bord de ces drakkars. Il se peut qu’il s’agisse d’une surpopulation localisée, à mesure que les parcelles se subdivisaient au point où les familles pouvaient à peine gagner leur vie ; d’une instabilité politique, les chefs se battant pour la domination ; ou encore d’une nouvelle apportée par les marchands des richesses que l’on trouve dans les établissements commerciaux plus à l’ouest. C’était probablement une combinaison des trois. Mais en 793, ce premier raid a frappé Lindisfarne et quelques années plus tard, les bandes vikings avaient frappé l’Ecosse (794), l’Irlande (795) et la France (799).

Leurs victimes ne les appelaient pas des Vikings. Ce nom est venu plus tard, devenant popularisé par le 11ème siècle et dérivant probablement du mot vik, qui dans la vieille langue scandinave les Vikings parlaient signifie’baie’ ou’inlet’. Au lieu de cela, on les appelait Dani (« Danois ») – il n’y avait pas de sens à l’époque que cela se réfère uniquement aux habitants de ce que nous appelons maintenant le Danemark – pagani (« pagans ») ou simplement Normanni (« hommes du Nord »).

Raids

Au début, il s’agissait de raids à petite échelle, de quelques cargaisons d’hommes qui rentraient chez eux une fois qu’ils avaient rassemblé suffisamment de butin ou si la résistance qu’ils rencontraient était trop forte. Mais dans les années 850, ils ont commencé à hiverner dans le sud de l’Angleterre, en Irlande et le long de la Seine en France, établissant des bases à partir desquelles ils ont commencé à dominer les zones intérieures.

Les raids ont atteint un crescendo dans la seconde moitié du IXe siècle. En Irlande, les Vikings ont établi des ports fortifiés, y compris à Dublin, d’où ils ont dominé une grande partie de la partie orientale de l’île. En France, ils ont grandi en force alors qu’un royaume franc divisé se fracturait politiquement et qu’en 885, une armée viking assiégeait et presque capturait Paris.

En Écosse, ils ont établi un comté dans les Orcades et ont envahi les Shetlands et les Hébrides. Et en Angleterre, un énorme hôte viking, le micel ( » grande armée « ) est arrivé ici en 865. Dirigés par deux frères guerriers, Halfdan et Ivar l’Désossé, ils s’emparèrent un à un des royaumes anglo-saxons d’Angleterre. D’abord Northumbria, avec sa capitale à York, leur tombe en 866, puis East Anglia, puis le royaume central anglais de Mercia. Finalement, seul Wessex, dirigé par Alfred, est resté. Pieux rat de bibliothèque, Alfred n’était devenu roi que parce que ses trois autres grands frères martiaux avaient été malades ou étaient morts au combat lors d’invasions vikings précédentes.

Début janvier 878, une section de la Grande Armée dirigée par Guthrum traversa la frontière et prit Alfred par surprise au domaine royal de Chippenham. Alfred a à peine réussi à s’échapper et a passé des mois à rôder dans les marais du Somerset à Athelney. Il semblait que l’indépendance du Wessex – et celle de l’Angleterre en général – était peut-être terminée. Mais contre toute attente, Alfred rassembla une nouvelle armée, vainquit les Vikings à Edington et força Guthrum à accepter le baptême comme chrétien. Pour avoir sauvé son royaume, il devint le seul souverain d’origine anglaise à recevoir le surnom de  » Grand « .

Pendant 80 ans, l’Angleterre a été divisée entre les terres contrôlées par les rois du Wessex au sud et au sud-ouest et une zone contrôlée par les Vikings dans les Midlands et le nord. Les rois vikings régnèrent sur cette région jusqu’à ce que le dernier d’entre eux, Erik Bloodaxe, soit expulsé et tué en 954 et que les rois du Wessex deviennent les dirigeants d’une Angleterre unie. Malgré cela, les coutumes vikings (et surtout danoises) y ont longtemps persisté et des traces d’ADN scandinave peuvent encore être trouvées dans une région qui fut connue pendant des siècles sous le nom de Danelaw.

Au milieu du XIe siècle, des royaumes unis sont apparus au Danemark, en Norvège et en Suède et les raids ont finalement commencé à s’atténuer. Au début du XIe siècle, les expéditions parrainées par la royauté réussissent à conquérir à nouveau l’Angleterre et à y placer les rois danois sur le trône (notamment Canute, qui gouverna un empire en Angleterre, au Danemark et en Norvège, mais qui ne commanda presque certainement pas la marée descendante, comme l’affirment les contes populaires). Les Vikings gardèrent le contrôle d’une grande partie de l’Écosse (en particulier des Orcades), une région autour de Dublin et de la Normandie en France (où, en 911, le roi Charles le Simple avait accordé des terres à un chef norvégien, Rollo, l’ancêtre de Guillaume le Conquérant). Ils contrôlaient également une grande partie de l’Ukraine et de la Russie modernes, où les Vikings suédois avaient pénétré au IXe siècle et établi des États basés autour de Novgorod et Kiev.

Penny d’argent du roi Alfred, c886-c899. Le revers de cette pièce porte un monogramme composé des lettres de LVNDONIA (Londres), éventuellement pour commémorer la récupération ou la restauration de Londres après son occupation par les Danois. (Photo par Museum of London/Heritage Images/Getty Images)
Un penny d’argent du roi Alfred. Le revers de cette pièce porte un monogramme composé des lettres de LVNDONIA (Londres), éventuellement pour commémorer la récupération ou la restauration de Londres après son occupation par les Danois. (Photo par Museum of London/Heritage Images/Getty Images)
Règlements transactionnels

Ce n’était cependant pas toute l’étendue du monde viking. L’agression maritime qui les avait poussés à piller (et finalement à conquérir) les terres colonisées les avait également conduits à s’aventurer à la recherche de rivages inconnus sur lesquels s’établir. Les Vikings sont probablement arrivés aux îles Féroé au VIIIe siècle et ils s’en sont servis comme tremplin pour traverser l’Atlantique plus à l’ouest.

Au milieu du IXe siècle, une série de voyages vikings traversèrent l’Islande et, en l’an 872, des colons dirigés par Ingólf Arnarson s’installèrent sur l’île. Ils ont établi une société unique, farouchement indépendante et sans allégeance formelle aux rois de Norvège. C’était une république dont l’organe directeur suprême était, à partir de 930, l’Althing, une assemblée composée des principaux hommes d’Islande qui se réunissaient chaque été dans une plaine à côté d’une fente massive dans un cercle de collines au centre de l’île. Elle a la ferme prétention d’être le plus ancien parlement du monde.

De l’Islande aussi, nous avons d’autres preuves vitales de l’inventivité des sociétés vikings. Il s’agit notamment des premières pièces d’histoire écrites par les Vikings eux-mêmes sous la forme d’une histoire de l’Islande du XIIe siècle, les Íslendingabók et les Landnámabók, un récit de la colonisation originale de l’île (avec les noms de chacun des premiers colons et les terres qu’ils ont prises).

Mais le plus important – et surprenant pour ceux qui considèrent les Vikings comme des guerriers unidimensionnels – est la collection de sagas connue sous le nom de Íslendingasögur ou Sagas de la famille islandaise. Ils racontent les 150 premières années de la colonie viking en Islande et racontent les relations souvent difficiles entre les principales familles islandaises. Alliances, trahisons, querelles et meurtres se déroulent sur fond d’un paysage où l’on peut encore souvent identifier des traits. Au mieux, dans des contes comme la Saga de Njál ou la Saga d’Egil, ce sont des œuvres littéraires puissantes à part entière, et parmi les plus importantes pour survivre dans n’importe quel pays européen du Moyen Age. (source : histoire-du-monde.fr)